dimanche 4 juin 2017

Good Time

Good Time : road trip furieux pour un amour fraternel fusionnel




Nick Nikas est un jeune homme qui vit avec sa grand-mère et son frère, Connie.
Ce dernier veut faire un braquage avec son frère pour démarrer une nouvelle vie. Mais après le casse, Nick se fait arrêter. Connie essaie de le faire sortir en payant une caution, mais une autre option va alors se présenter à lui. Il va tenter de le faire évader. Va alors commencer une virée d'enfer pour tout mettre en oeuvre pour retrouver Nick.


Descente aux enfers pour trouver un peu d'espoir.


J'ai eu la chance de pouvoir voir ce film lors du Festival International du Film de Cannes. Il était présenté en compétition.

Ce film aborde beaucoup de sujets dont on pourrait débattre pendant des heures.
L'amour que se portent ces deux frères est inconditionnel. Au-delà du handicap, des difficultés financières, de la société et d'une famille bancale, ils sont là l'un pour l'autre.
Connie fait tout ce qu'il peut pour assurer un avenir heureux à son frère. Il le protège et lui promet un rêve qui est à portée de mains.
Mais c'est alors que le braquage qui leur permettait de toucher cet avenir se passe mal. Et Nick est arrêté.
Connie ne le laissera pas tomber. Il fera tout ce qui est en son pouvoir pour le sortir de prison.
La famille n'est souvent pas tout; mais ces deux-là nous prouvent que quand on aime quelqu'un on peut aller extrêmement loin pour lui.


Il y a aussi le système carcéral, le rapport avec les forces de l'ordre, les lacunes du système de contrôle judiciaire qui sont abordés.
Bien que non approfondi, on a quelque part, un aperçu des problèmes de la justice américaine.
Dans le même court laps de temps, on a le milieu hospitalier, la pauvreté, les réseaux de drogues qui sont évoqués.
Le voyage de Connie dans le New-York des bas fonds nous entraîne dans le sillage d'un arc de violence qui s’accroît au fur et à mesure que le frère s'enfonce dans son road-trip.
Mais pour moi, les réalisateurs auraient même pu aller plus loin.
Sans spoiler, il se passe beaucoup de choses dans l'histoire de ce film. Mais bien que le tout soit maîtrisé et chaotiquement parfait, on aurait pu pousser le bouchon encore plus loin.
Bien que suffisant en soit, les personnages auraient pu en subir encore plus sans que ça ne ternisse le film.


Le scénario, à la fois simple et complet nous plonge dans les méandres de la vie de cette fratrie qui explose. Alors que ça aurait pu leur péter à la figure, les scénaristes ont su tenir un rythme constant et exponentiel pour donner une impression de montée en puissance qui nous tient en haleine.
Sans répit, on suit les rebondissements des aventures de Connie.

La réalisation de Joshua et Ben Safdie (Mad Love in New York...) est juste parfaite. Avec une façon de filmer proche des plus grands, ils ont su mettre en avant les moments essentiels, la dureté de la vie, la tendresse et la détresse des frères Nikas.
C'est avec des images claquantes, colorés et hallucinogènes qu'ils font voir l'explosion de la vie de ces personnages.
Le tout est filmé avec intelligence, en plein cœur d'une action et d'une tension ultra-présentes.
Ils arrivent à mettre chacun en valeur.


Sean Price Williams qui est le directeur de la photographie a fait un travail magnifique. Que ce soient les couleurs, les ombres ou les cadrages, on plonge en plein dans les méandres de ce New-York que l'on ne voit pas souvent.

Quant à la musique du film, elle est signée Oneohtrix Point Never/ Daniel Lopatin (The Bling Ring, Partisan...). Un pur moment de transe qui fera penser à d'autres films tout en donnant une originalité à celui-ci. Puissante et marquante, elle accompagne l'action et la longue route que prendra Connie.


Côté Casting :

Robert Pattinson (Cosmopolis, The Rover, Life...) est Connie Nikas. Petit criminel, il n'en n'est pas moins un frère attentionné et aimant. Il veut offrir à Nick un avenir où il sera protégé. Mais son idée de base va virer au fiasco et le chemin pour remonter la pente va s'avérer long et ardu.
Pattinson n'est jamais aussi bon que dans les rôles extrêmes où il doit sortir ses tripes pour donner plus à son personnage. Encore une fois, il fait preuve d'un réel talent qui prend vie dans les yeux de cet homme prêt à tout pour rendre son frère heureux. Féroce, tendre et bouleversant, il a su mêler force, humour et douceur aux 99 minutes du film.


Jennifer Jason Leigh (eXistenZ, The Machinist, Les Huit Salopards...) est Corey. Petite amie de Connie, elle vit toujours chez sa mère et voit en son homme un moyen de s'échapper d'un quotidien ennuyeux. Prise au piège des mirages que lui fait voir Connie, elle ne se rend pas compte dans quoi elle s'embarque.
Leigh n’apparaît pas longtemps à l'écran, mais elle donne un côté un peu fou, décalé et humoristique avec un personnage criard et complètement à côté de la plaque.


Ben Safdie (The Acquaintances of a lonely John, Yeast) est Nick Nikas. Handicapé (il semble qu'il ait une surdité) et limité intellectuellement, Nick ne voit que Connie dans sa vie. Son frère est son repère. Il lui a promis un avenir meilleur et ne voit que par ça. Il ne comprend pas tout et se retrouvera en prison après le braquage. Il attend son frère avec impatience.
Ben Safdie en plus de réaliser, joue dans le film. Il nous offre un personnage tout en finesse et en fragilité. Sa peur l'emporte par moment et ses crises de violence nous montrent toute sa détresse. Safdie est impressionnant dans ce rôle.


Buddy Duress (Mad Love in New York, Person to Person...) est Ray. Personnage drogué qui va se retrouver embarqué dans le plan de Connie, il est complètement amoché par une vie faite de difficultés. Le road trip va être compliqué !
Duress a la tête de l'emploi et nous donne un personnage un peu cliché mais drôle par son décalage. Loin de se rendre compte de ce qui va lui arriver, il se laisse embarquer pour fuir ce qui l'attend.


Au total, ce nouveau film des frères Safdie est une vraie petite merveille de réalisation et d'interprétation. C'est une histoire forte magnifiquement portée et interprétée. Good Time nous entraîne dans son sillage et nous embarque pour une aventure puissante et attendrissante.
Sortie en salle prévue le 11 octobre 2017.

A vos tickets !


Bande annonce



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire