mardi 25 avril 2017

The Lost City of Z

The Lost City of Z : De l'ambition à la passion, le chemin d'une vie...




Percy Fawcett est un colonel britannique ambitieux. Il rêve de reconnaissance pour mettre sa famille à l'abri du besoin. En 1906, la Société géographique royale d'Angleterre lui propose de partir en Amazonie remonter le Rio Verde afin de cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Sur place, l’homme se prend de passion pour la jungle et découvre des traces de ce qu’il pense être une cité perdue très ancienne. De retour en Angleterre, Fawcett veut monter une nouvelle expédition et repartir trouver cette mystérieuse civilisation.
Entre la guerre, son devoir de soldat, de mari et de père, il sera tiraillé entre sa famille et sa soif d’exploration…

Quand l'ambition se transforme en admiration et en quête de toute une vie.


C'est dans les années 1900 que l'on entame cette aventure.
Déconcertant dans un premier temps, les traditions et conditions de l'époque vont montrer que pour un homme, la moindre opportunité pour mettre sa famille à l'abri et se faire valoir dans la société, était signe d'ambition et de travail.
Mais partir à l'aventure, de façon pertinente ou inconsciente n'est jamais sans danger. Surtout quand les régions sont inexplorées et que la nature et les autochtones ne sont pas très amicaux.


Cependant, quand la découverte et l'exploration prennent le dessus, la magie opère et apporte son lot de merveilles.

C'est ce qu'il ressort de l'histoire inspirée de fait réels de ce film adapté du livre La Cité perdue de Z de David Grann.


Fawcett est un jeune officier qui rêve de gloire pour mettre sa famille à l'abri tout en gravissant les échelons de la société.
Sauf que lors de son expédition, les épreuves, la faim et les découvertes vont le changer. Il va alors devenir un explorateur à son tour et se faire des amis qui lui permettront de voir la vie autrement.
Henry Costin deviendra son ami lors de la première expédition et lui montrera que ce n'est pas si facile de découvrir des territoires inexplorés. Et les difficultés en feront de très bons amis.


Ses relations avec sa famille seront ses liens avec le monde réel alors qu'il se perd dans la jungle et dans ses recherches.

Le scénario du film nous offre des moments à la fois intenses (pendant la guerre), plein de suspense (lors des expéditions) ou de tendresse (avec sa femme ou ses enfants).
Quelques longueurs se font sentir, mais elle sont écrasées par la magnificence de la photo et des paysages.


La réalisation de James Gray (La nuit nous appartient, Two Lovers, The Immigrant...) est très belle. Il sait mettre en avant ses personnages, son histoire et ses décors. Il a su valoriser la transformation de son héros. Très fin dans son analyse et sa façon de filmer, il sublime la jungle et donne un ton presque amoureux à une histoire aventureuse.


Côté casting :

Charlie Hunnam (Pacific Rim, Crimson Peak, Sons of Anarchy...) est Percy Fawcett. Militaire sans titre, il est rompu à la cartographie. Il rêve de gloire pour prendre correctement en charge sa famille. Son voyage en Amazonie va le transformer. Obsédé par la cité perdue, il sera tiraillé par son devoir envers sa famille et son envie de découverte.
Hunnam nous offre un personnage attachant et que l'on comprend. Dans une société patriarcale où la réussite est ce qui compte, il fait tout de même honneur à sa femme et ses enfants en les prenant en compte dans sa recherche de gloire puis de découverte. Sensible, mais fort et solide, Hunnam reste droit et charismatique pour un rôle entre 2 eaux et au tournant de sa vie.



Robert Pattinson (Cosmopolis, The Rover, Life...) est Henry Costin. Aide de Fawcett, il le guidera dans la jungle et deviendra son ami. Chevronné aux expéditions, il suivra l'explorateur dans ses aventures. Plus prudent cependant, il sera par moment la voix de la raison.
Pattinson se détache petit à petit, rôle après rôle de son côté adolescent. Ici, il fait enfin adulte et montre une nouvelle facette de son talent. Plus posé et mature, il guidera Fawcett dans sa croisade.



Sienna Miller (American Sniper, À vif !, Live by Night...) est Nina Fawcett. Femme de Percy, elle le soutiendra dans ses décisions et sera à la fois la tête et le corps de ce couple qui malgré les épreuves aura su vivre et survivre.
Miller donne une femme forte, en avance sur son temps qui saura montre du courage et de la détermination envers les choix que son mari a faits pour elle, lui et leur famille. Douce, mais aussi très intelligente, elle amène une pointe de féminité et de lumière dans ce monde obscur.


Tom Holland (The Impossible, Au cœur de l'océan, Captain America : Civil War...) est Jack Fawcett. Premier fils de Percy et Nina, il se sentira délaissé par ce père absent. Entre les expéditions et son travail dans l'armée, il ne comprendra que lorsqu'il sera plus grand et verra la portée de l'exploration.
Holland bien qu'encore jeune dans sa carrière arrive à donner du poids à un personnage qui arrive tard dans l'histoire. C'est un peu de fraîcheur et de dynamisme dans ces grandes têtes d'affiche.



Au total, on a un film intéressant sur l'ambition et la motivation qui guident toute une vie. Romancée, l'histoire n'en reste pas moins très enrichissante et montre que la passion de l'aventure et l'amour de sa famille peuvent cohabiter.
Une transformation touchante.


A vos tickets !

Bande annonce




Baby Boss

Baby Boss : Bibi, boulot, dodo : la famille avant tout !




Tim est un petit garçon heureux. Il est aventureux, adore jouer et ses parents l'aiment par dessus tout.
Mais sa vie va changer du tout au tout quand arrive un petit frère .
Et ce bébé ne sera pas comme les autres. C'est Baby Boss.
Alors qu'il agit comme un bambin normal devant ses parents, c'est un vrai petit démon manipulateur en cachette. Pourquoi ?
Il a une mission. Il est un agent de Baby corps, l'entreprise d'où viennent les bébés. Et elle est au bord de la ruine parce que les bébés chiens accaparent tout l'amour que devrait avoir les bébés humains.
Boss doit trouver des informations sur le prochain chiot qui doit sortir afin de préparer la contre attaque. Mais il n'est pas au bout de ses surprises et Tim veut le démarquer à tout prix.
Guerre fraternelle, famille, travail, les priorités vont être chamboulées.
Attention, le Boss est en action.


Voilà de nouveau héros qui vont cassés les codes des dessins animés habituels.


Alors que l'on est habitués aux princesses, guerriers ou animaux qui parlent; ici changement de cap.
Ce bébé pas comme les autres va faire tourner en bourrique son pauvre grand frère en bouleversant le quotidien de la famille.


C'est avec de très belles idées que Dreamworks nous propose son histoire. Responsabilité, famille, enfance, travail, amour et fraternité sont au centre du film.
Alors que Tim voit la vie comme un grand terrain de jeux et de découvertes, Boss voit sa mission pour Baby corps et tous les avantages qu'une promotion pourrait lui valoir.
Et c'est en découvrant les valeurs l'un de l'autre qu'ils vont voir que d'autres possibilités de vivre existent même pour eux.


Plein d'un humour tendre et attachant, le film a beaucoup de répliques qui sont très drôles. Le fait que Boss ait une voix d'adulte et des réactions de grandes personnes dans un corps de bébé rendent le personnage encore plus attachant ! Attention aux yeux plein d'étoiles à la Chat Potté ! C'est implacable !


Et il y a des références pour les grands cachées ! Que ceux qui n'ont pas reconnu le réveil se manifestent et partent faire une cure dans la Comté !

Au niveau du scénario, ça bouge beaucoup et les personnages sont dynamiques et attachants. Il y a quelques petites longueurs, mais elle sont vite effacées par l’efficacité du reste de l'histoire.


L'animation est belle, fluide et donne des images agréables.

Tom McGrath (Madagascar, Megamind...) est à la réalisation et nous donne un film dynamique et très fort qui mériterait presque une suite ! (avec un tel succès, ça ne m'étonnerait pas !)

Le doublage français est très bon, mais à savoir que pour la VO c'est Alec Baldwin qui double Boss et que ça en vaut largement le détour !


Au total, on a un film super fun qui plaira aux petits par son animation et ses valeurs et au grands pour son humour et ses références !

A vos tickets !



Bande annonce :

1 - VF



1 - VOST



2 - VF



2 - VOST


mardi 18 avril 2017

Ghost In The Shell

Ghost In The Shell : Avoir conscience de son âme pour se sentir humain.




Dans un futur éloigné, alors qu'elle a été victime dans un attentat, Mira se réveille après une opération où son cerveau a été transféré dans un corps cybernétique.
Une fois adaptée, elle est intégrée dans une unité d'élite de la police et devient le Major Mira Killian.
Grâce à ses capacités exceptionnelles et à son équipe d'humains améliorés, ils combattent le crime de façon redoutable.
Un an plus tard, une nouvelle menace terroriste émerge. Des criminels arrivent à pirater l'esprit des gens. Face à ça, Mina prend la mission à cœur.
Mais elle va se retrouver face à un passé dont elle avait tout oublié et qui va remettre beaucoup de choses en question.

La conscience de soi et de notre humanité font notre richesse.

Voilà ENCORE une adaptation... A croire que les scénaristes sont en panne d'imagination...
Enfin...
Là, ils s'attaquent à un monument de l'univers du manga et de l'animation japonaise, le célèbre Ghost in the shell.
Oeuvre de Masamune Shirow, elle fût dans un premier temps adaptée en dessin animé en 1995.
Ce film hautement philosophique nous parlait de ce qui faisait de nous des humains et de ce que nous offrait le futur avec les avancées technologiques.
Compliqué, difficile à comprendre, il n'en était pas moins un des meilleurs films d'animation fait au pays du soleil levant.
Il a connu plusieurs suites, des adaptations en séries et a servi d'inspiration à plus d'une reprise.


Alors imaginez le grincement de dents des fans de base à l'annonce de la mise en production du film live.


J'avais plus que peur du résultat. Mais la première bande annonce réconciliait les fans avec l'oeuvre présentée.

Pour ce qui va suivre, il y a 2 façons de voir les choses.
Premièrement, on ne connaît pas le manga, ni l'animé, alors pas de soucis, on plonge directement dans le film.
Deuxièmement, on est fan, on a vu, on a aimé, donc, tout dépend de ce que l'on attendait.

Pour les autres je ne sais pas, mais pour ma part, c'est avec une certaine satisfaction que je suis sortie de ma salle de cinéma.

Mais reprenons au début.


L'histoire nous mène dans un futur où les gens ne vivent plus qu'avec des améliorations physiques. En effet, la société et les sciences ayant évolué, il reste peut d'humains à 100% en chair et en os. Certains ont des cerveaux boostés, des foies améliorés, des jambes ou bras bioniques....
Mais un nouveau pas est franchi avec la greffe de cerveau dans un corps entièrement robotisé.


Mira voit sa vie bouleversée.
Elle a l'impression de ne plus être vraiment humaine, mais d'être un robot, un monstre.
Seul son Ghost, son âme, la distingue des autres machines.
C'est ce qui nous différencie de la mécanique et de la cybernétique.


Mais elle se sent seule et perdue de par sa différence parce qu'elle est unique.
Seulement, elle va découvrir que tout n'est pas si net dans l'autorité et l'entreprise cybernétique qui l'a créée.

Comme je ne veux pas spoiler, je n'irai pas plus loin dans le descriptif.
Mais je vais faire un léger comparatif entre le film et l'animé.


Le scénario du film a été modifié par rapport à l'original. Il y a de la simplification et de l'explication. Cela rend l'histoire plus facile à comprendre et à la portée du plus grand nombre.
Mais on y perd le sujet principal. Qu'est-ce qui fait de nous des humains ?
Dans ce film, on a un chemin tout tracé. On est guidé de A à Z par des indices et une conclusion bien nette.
L'animé nous laissait patauger et on devait se faire notre propre idée avec une conclusion qui permettait la réflexion.
En ça c'est dommage. Mais cela permet de moins se prendre la tête avec de grandes réflexions et une sensation d'incompréhension en sortant du film.
Ici, la présence de séquences inédites comme l'opening, donne une impression de fluidité. L'histoire s'écoule sans accros, sans franc retournement de situation.
Le tout reste linéaire. Il n'y a pas de problème de concordance, mais on perd dans la complexité des personnages et des situations.


En dehors de ça, le reste nous offre un film d'action et science fiction futuriste.
Beaucoup d'adrénaline et de scènes de courses poursuites vous tiendront en haleine.


La réalisation de Rupert Sanders (Blanche-Neige et le Chasseur) est belle, graphique et stylisée.
Il a su rendre hommage au travail de Masamune Shirow.
Des plans sont identiques à l'animé, voire des scènes entières. Il ne se perd pas dans les méandres philosophiques et va droit au but. Son style correspond bien au thème futuriste.


La musique du film est assez prenante, mais il m'a manqué le thème du film original très marqué et iconique de la culture nippone !


Côté casting :

Scarlett Johansson (La Jeune Fille à la perle, Deux sœurs pour un roi, The Avengers...) est le Major Mira Killian. Rescapée d'un attentat, son cerveau a été greffé dans un corps cybernétique. Entre ses sentiments humains et ses aptitudes de robot, elle se sent perdue. La confrontation avec ce nouveau criminel l'amènera à se positionner et à retrouver son passé. Un plongeon direct dans son Ghost.
Johansson, largement critiquée car non asiatique, nous offre une performance remarquable. En dehors de toute polémique, son personnage n'a pas besoin d'yeux bridés pour exister.
Mina doute et ses sentiments vont tracer son chemin et l'amener sur une nouvelle voie.


Pilou Asbæk (Lucy, Ben-Hur, Game of Thrones...) est Batou. Policier, co-équipier du Major, il est aussi son seul ami. Optimisé, il n'en reste pas moins d'une grande sensibilité "humaine". Il est le côté "humain" du Major.
Asbæk me paraissait frêle par rapport au personnage imposant qu'est Batou. Bien qu'il manque un peu de carrure, il n'en est pas moins crédible en agent efficace. Il rassure le major et la guide dans ses questionnements. Il la rassure et est un ami fidèle et solide.


Michael Pitt (Le Village, Silk, Hugo Cabret...) est Hideo Kuze. Criminel d'un nouveau genre, il arrive à pirater le Ghost des personnes et à les manipuler. Il en veut au responsable d'un projet. Quand il croise le chemin de Mina, il n'aura de cesse de lui faire ouvrir les yeux sur ce qui l'entoure
Pitt nous offre un personnage différent de celui qu'on attend, mais qui est tout aussi intéressant.
Vengeur, entêté, mais aussi plein d'espoir pour le futur, il veut marquer son temps.


Takeshi Kitano (Battle Royale,  Aniki, mon frère, Zatoichi...) est Daisuke Aramaki. Chef de la section du Major, il la dirige avec sagesse et grandeur. Homme droit et juste, il cherche la vérité au-delà des apparences.
Kitano incarne parfaitement ce personnage qui fait office de figure paternelle. On sent son aura sur ses équipiers. Son charisme force un grand respect.


Juliette Binoche (Trois couleurs, Le Patient anglais, Sils Maria...) est le docteur Ouelet. Responsable de Mina, elle est son médecin, sa réparatrice et un peu sa confidente. Elle sera menacée par le nouveau criminel.
Binoche fait office de figure maternelle pour une Mina perdue. Elle la réconforte et lui donne la force de faire face. Sensible mais ambitieuse, elle va se trouver devant un problème épineux.



Au total, Ghost In The Shell est un bon film de divertissement. D'un esthétisme fou, il est beau et vous guidera sur une certaine réflexion de ce qui fait de nous des humains. C'est un bon film, à voir, mais surtout il faut voir et revoir l'animé d'origine qui est un pur chef d'oeuvre d'animation et de philosophie.

A vos tickets.



Bande annonce ;




Les Figures de l'Ombre

Les Figures de l'Ombre : Au delà des préjugés, l'intelligence au service des nombres...




Katherine Goble Dorothy Vaughan et Mary Jackson sont 3 femmes aux talents particuliers. Elles travaillent à la NASA comme calculatrices humaines.
Alors que les Russes sont en tête de la course à l'espace, le directeur Al Harrison exige plus de ses petits génies.
Katherine est alors envoyée au space task groupe pour vérifier les calculs de ces messieurs.
Pendant ce temps, Dorothy essai de passer chef d'équipe alors qu'elle en fait déjà le travail et Mary aspire à devenir la première femme noire ingénieur de la NASA.
Entre le statut de femme et d'afro-américaine dans les années 60 sectaires, ces personnes incroyables vont bouleverser leurs destins et marquer l'histoire.

Quelle merveille de voir ce que l'on peut faire avec intelligence et respect face au racisme, à la misogynie et à la petitesse d'esprit.


Dans les années 60, l'Amérique était encore à l'ancien temps. Racisme, puritanisme et misogynie étaient encore le pain quotidien de ces femmes.

Intelligentes, fortes, droites et respectueuses, elles avaient des vies dures et bien remplies. Mais ça ne les empêchaient pas d'avoir des rêves et de l'ambition.
Bien que conscientes des limites que la société leur impose, elles vont intelligemment prouver qu'elles peuvent faire autant, voire plus que les blancs et les hommes.


Ces 3 femmes forcent le respect par leurs combats et leurs destins.

Ce film est adapté du livre Hidden Figures de Margot Lee Shetterly. Il retrace la biographie de Katherine, Dorothy et Mary.

Par delà la société et ses préjugés, elle vont mener de front leur vie de femme avec mari et enfants et leur vie de calculatrice.


Katherine devra ouvrir les yeux  des petits génies du programme spatial sur ses capacités et ses difficultés. Elle devra s'imposer pour mieux travailler.

Dorothy se rendra indispensable pour éviter à ses filles de perdre leurs emplois et et les faire avancer.

Quant à Mary, elle va se battre pour avoir le droit au diplôme dont elle a les capacités et l'emploi.


Chacune à tour de rôle va forcer le cours de l'histoire pour avoir ce qu'il leur revient de droit.


Ce genre d'histoire donne envie de se battre encore plus pour que toutes les personnes quels qu'elles soient, aient les même droits.
Encore de nos jours, pas pour les mêmes choses, il y a des différences énormes pour les salaires, les avantages, les droits... C'est incroyable alors qu'on est tous égaux !

Ces histoires qui témoignent de la vie de personnes sont probablement romancées, mais nous ramènent à notre condition de privilégiés.

Comme pour "La couleur des sentiments", on retrouve des femmes qui se sont battues pour avancer et espérer un monde meilleur.

La réalisation de Theodore Melfi (St. Vincent) est belle et soignée. Pas de superflu ou de mélo, c'est direct, frais et rend parfaitement hommage à chaque personnage.


La musique est signée Hans Zimmer (Armageddon, La Ligne rouge, Gladiator...), Benjamin Wallfisch et Pharrell Williams (Moi Moche et Méchant2). C'est jazzy avec une pointe de gospel ! Un régal.


Côté casting :

Taraji P. Henson ( L'Étrange Histoire de Benjamin Button, Crazy Night, Empire...) est Katherine Goble Johnson. Génie des maths, elle vit une vie simple avec ses 3 filles chez sa mère qui l'aide depuis la mort de son mari. Quand elle est envoyée au programme spatial, elle va pouvoir mettre en avant toutes ses capacités pour aider les astronautes à décoller. Malgré les embûches, les préjugés et les épreuves, elle fera preuve d'un courage sans bornes.
Henson incarne cette femme forte et très intelligente. Elle est consciente de la société et de ses limites. Elle les repoussera pour toucher son rêve. Elle est la femme forte mais discrète du trio.
A savoir que Mme Johnson est toujours en vie à 98 printemps !


Octavia Spencer (La Couleur des sentiments, Snowpiercer, le Transperceneige, Divergente 2...) : Dorothy Vaughan. Bricoleuse, travailleuse, elle fait le travail de chef d'équipe sans en avoir le poste. Elle fera tout pour avoir la promotion à laquelle elle a droit et qui lui échappe à cause de sa couleur. Elle va se rendre indispensable. Et c'est là sa plus grande intelligence.
Spencer m'avait déjà éblouie dans la Couleur des Sentiments, elle est tout aussi forte et digne ici. Cette femme sait sa condition, sa place mais fera tout pour conserver son emploi qui est menacé. Elle est la figure maternelle du trio.


Janelle Monáe (Moonlight) est Mary Jackson. Femme qui joue aime être jolie, mais qui est très intelligente, elle a tendance a fait preuve d'impulsivité. Ce trait de caractère peut lui jouer des tours mais lui être aussi favorable.
Monáe est la tête brûlée du trio. Déterminée, têtue et courageuse, son personnage marquera son temps par son diplôme et ses travaux. L'actrice a su lui donner vie avec autant de panache qu'elle méritait.


Kevin Costner (Robin des Bois, prince des voleurs, Bodyguard, Un monde parfait...) est Al Harrison, le chef du programme spatial. Grande gueule, caractériel mais ouvert d'esprit, il va se rendre compte des capacités de Katherine et la mettre en avant sagement. Il va aussi découvrir que tout n'est pas rose pour tout le monde. Il va permettre à de nouvelles possibilités de voir le jour.
Costner nous offre un directeur haut en couleur, passionné et qui sait reconnaître la valeur et le travail des gens. Sa rencontre avec Katherine lui permettra d'atteindre des objectifs jamais envisagés jusque là.


Kirsten Dunst (Virgin Suicides, Marie-Antoinette, Melancholia...) est Vivian Mitchell. Responsable du personnel à un certain niveau, elle fait preuve de racisme distingué. Elle refuse de mettre en avant le travail des filles pour mettre celui d'autre devant. Mais c'est sans compter sur l'intelligence de Dorothy.
Dunst montre une des facettes très moche des américains à cette époque. Il faudra beaucoup de patience et de courage à nos héroïnes pour la supporter. Peste, Dunst arrive presque à nous faire pitié dans son tailleur ajusté.


Jim Parsons (Le Rôle de ma vie, The Normal Heart, The Big Bang Theory...) est Paul Stafford. Chef  d'équipe sous la direction de Al Harrison, il est furieux de voir son travail remis en question et jaloux des capacités de Katherine. Il lui mettra beaucoup de batons dans les roues.
Parsons nous offre une nouvelle facette de son talent dans ce rôle de misogyne raciste. On aime le détester et Sheldon n’apparaît à aucun moment. Il mettra toute sa hargne au service de ce personnage petit et idiot malgré son intelligence avérée.



Au total, on a un film magnifique sur des femmes qui ont droit à tout notre respect pour leurs combats et leurs intelligence.
Il nous apprend la dure société et la vie qu'ont pu avoir ces femmes fortes.
De nos jours difficile d'y croire, mais le combat continue.

A vos tickets.




Bande annonce :