mardi 18 avril 2017

Ghost In The Shell

Ghost In The Shell : Avoir conscience de son âme pour se sentir humain.




Dans un futur éloigné, alors qu'elle a été victime dans un attentat, Mira se réveille après une opération où son cerveau a été transféré dans un corps cybernétique.
Une fois adaptée, elle est intégrée dans une unité d'élite de la police et devient le Major Mira Killian.
Grâce à ses capacités exceptionnelles et à son équipe d'humains améliorés, ils combattent le crime de façon redoutable.
Un an plus tard, une nouvelle menace terroriste émerge. Des criminels arrivent à pirater l'esprit des gens. Face à ça, Mina prend la mission à cœur.
Mais elle va se retrouver face à un passé dont elle avait tout oublié et qui va remettre beaucoup de choses en question.

La conscience de soi et de notre humanité font notre richesse.

Voilà ENCORE une adaptation... A croire que les scénaristes sont en panne d'imagination...
Enfin...
Là, ils s'attaquent à un monument de l'univers du manga et de l'animation japonaise, le célèbre Ghost in the shell.
Oeuvre de Masamune Shirow, elle fût dans un premier temps adaptée en dessin animé en 1995.
Ce film hautement philosophique nous parlait de ce qui faisait de nous des humains et de ce que nous offrait le futur avec les avancées technologiques.
Compliqué, difficile à comprendre, il n'en était pas moins un des meilleurs films d'animation fait au pays du soleil levant.
Il a connu plusieurs suites, des adaptations en séries et a servi d'inspiration à plus d'une reprise.


Alors imaginez le grincement de dents des fans de base à l'annonce de la mise en production du film live.


J'avais plus que peur du résultat. Mais la première bande annonce réconciliait les fans avec l'oeuvre présentée.

Pour ce qui va suivre, il y a 2 façons de voir les choses.
Premièrement, on ne connaît pas le manga, ni l'animé, alors pas de soucis, on plonge directement dans le film.
Deuxièmement, on est fan, on a vu, on a aimé, donc, tout dépend de ce que l'on attendait.

Pour les autres je ne sais pas, mais pour ma part, c'est avec une certaine satisfaction que je suis sortie de ma salle de cinéma.

Mais reprenons au début.


L'histoire nous mène dans un futur où les gens ne vivent plus qu'avec des améliorations physiques. En effet, la société et les sciences ayant évolué, il reste peut d'humains à 100% en chair et en os. Certains ont des cerveaux boostés, des foies améliorés, des jambes ou bras bioniques....
Mais un nouveau pas est franchi avec la greffe de cerveau dans un corps entièrement robotisé.


Mira voit sa vie bouleversée.
Elle a l'impression de ne plus être vraiment humaine, mais d'être un robot, un monstre.
Seul son Ghost, son âme, la distingue des autres machines.
C'est ce qui nous différencie de la mécanique et de la cybernétique.


Mais elle se sent seule et perdue de par sa différence parce qu'elle est unique.
Seulement, elle va découvrir que tout n'est pas si net dans l'autorité et l'entreprise cybernétique qui l'a créée.

Comme je ne veux pas spoiler, je n'irai pas plus loin dans le descriptif.
Mais je vais faire un léger comparatif entre le film et l'animé.


Le scénario du film a été modifié par rapport à l'original. Il y a de la simplification et de l'explication. Cela rend l'histoire plus facile à comprendre et à la portée du plus grand nombre.
Mais on y perd le sujet principal. Qu'est-ce qui fait de nous des humains ?
Dans ce film, on a un chemin tout tracé. On est guidé de A à Z par des indices et une conclusion bien nette.
L'animé nous laissait patauger et on devait se faire notre propre idée avec une conclusion qui permettait la réflexion.
En ça c'est dommage. Mais cela permet de moins se prendre la tête avec de grandes réflexions et une sensation d'incompréhension en sortant du film.
Ici, la présence de séquences inédites comme l'opening, donne une impression de fluidité. L'histoire s'écoule sans accros, sans franc retournement de situation.
Le tout reste linéaire. Il n'y a pas de problème de concordance, mais on perd dans la complexité des personnages et des situations.


En dehors de ça, le reste nous offre un film d'action et science fiction futuriste.
Beaucoup d'adrénaline et de scènes de courses poursuites vous tiendront en haleine.


La réalisation de Rupert Sanders (Blanche-Neige et le Chasseur) est belle, graphique et stylisée.
Il a su rendre hommage au travail de Masamune Shirow.
Des plans sont identiques à l'animé, voire des scènes entières. Il ne se perd pas dans les méandres philosophiques et va droit au but. Son style correspond bien au thème futuriste.


La musique du film est assez prenante, mais il m'a manqué le thème du film original très marqué et iconique de la culture nippone !


Côté casting :

Scarlett Johansson (La Jeune Fille à la perle, Deux sœurs pour un roi, The Avengers...) est le Major Mira Killian. Rescapée d'un attentat, son cerveau a été greffé dans un corps cybernétique. Entre ses sentiments humains et ses aptitudes de robot, elle se sent perdue. La confrontation avec ce nouveau criminel l'amènera à se positionner et à retrouver son passé. Un plongeon direct dans son Ghost.
Johansson, largement critiquée car non asiatique, nous offre une performance remarquable. En dehors de toute polémique, son personnage n'a pas besoin d'yeux bridés pour exister.
Mina doute et ses sentiments vont tracer son chemin et l'amener sur une nouvelle voie.


Pilou Asbæk (Lucy, Ben-Hur, Game of Thrones...) est Batou. Policier, co-équipier du Major, il est aussi son seul ami. Optimisé, il n'en reste pas moins d'une grande sensibilité "humaine". Il est le côté "humain" du Major.
Asbæk me paraissait frêle par rapport au personnage imposant qu'est Batou. Bien qu'il manque un peu de carrure, il n'en est pas moins crédible en agent efficace. Il rassure le major et la guide dans ses questionnements. Il la rassure et est un ami fidèle et solide.


Michael Pitt (Le Village, Silk, Hugo Cabret...) est Hideo Kuze. Criminel d'un nouveau genre, il arrive à pirater le Ghost des personnes et à les manipuler. Il en veut au responsable d'un projet. Quand il croise le chemin de Mina, il n'aura de cesse de lui faire ouvrir les yeux sur ce qui l'entoure
Pitt nous offre un personnage différent de celui qu'on attend, mais qui est tout aussi intéressant.
Vengeur, entêté, mais aussi plein d'espoir pour le futur, il veut marquer son temps.


Takeshi Kitano (Battle Royale,  Aniki, mon frère, Zatoichi...) est Daisuke Aramaki. Chef de la section du Major, il la dirige avec sagesse et grandeur. Homme droit et juste, il cherche la vérité au-delà des apparences.
Kitano incarne parfaitement ce personnage qui fait office de figure paternelle. On sent son aura sur ses équipiers. Son charisme force un grand respect.


Juliette Binoche (Trois couleurs, Le Patient anglais, Sils Maria...) est le docteur Ouelet. Responsable de Mina, elle est son médecin, sa réparatrice et un peu sa confidente. Elle sera menacée par le nouveau criminel.
Binoche fait office de figure maternelle pour une Mina perdue. Elle la réconforte et lui donne la force de faire face. Sensible mais ambitieuse, elle va se trouver devant un problème épineux.



Au total, Ghost In The Shell est un bon film de divertissement. D'un esthétisme fou, il est beau et vous guidera sur une certaine réflexion de ce qui fait de nous des humains. C'est un bon film, à voir, mais surtout il faut voir et revoir l'animé d'origine qui est un pur chef d'oeuvre d'animation et de philosophie.

A vos tickets.



Bande annonce ;




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire